Le conte d’arrivée

 

Bienvenue sur mon blog!

Voilà quelques mois que j’ai le désir de faire partager mes pâtisseries… Je m’explique cette envie par une simple reconnaissance, l’envie de faire découvrir de nouvelles recettes à tous les blogueurs qui m’ont fait saliver devant les leurs, qui m’ont scotché des heures à la cuisine pour l’élaboration d’un gâteau, d’une brioche ou de toute sorte de mets comestibles (ou pas parfois).

Et puis il y a aussi la quête de reconnaissance, n’importe quel(le) pâtissier(e) a déjà eu ce désir intrinsèque de voir le sourire de ses dégustateurs en voyant arriver le dessert et de se faire complimenter sur son esthétisme et puis en bonus -cerisesurlegâteau- sur son goût.

C’est cela qui redonne envie d’expérimenter de nouvelles recettes, la pâtisserie est une machine à sourire, un moment convivial de partage. Et finalement, il n’y a rien de plus satisfaisant d’écouter, en récompense de son travail,  les bruits d’animaux oh! uh! ah! eh! qu’engendre l’arrivée du dessert.

En ce qui me concerne, je suis une lycéenne de seize ans, vivant dans une maison où il y a toujours un gâteau qui traine charmante en Alsace. Et puis sinon, vous apprendrez à me connaître à travers mes recettes. J’ai encore pleins de choses à découvrir dans le merveilleux univers de la pâtisserie, pleins de merveilleuses aventures, de nouvelles recettes histoires à découvrir.

 

Pourquoi le nom « Contes en sucre »-vous remarquerez au passage la superbe transition- le titre de mon blog m’est tombé dessus, je ne le cache pas, après une longue réflexion. C’est d’ailleurs la seule chose qui m’a retenue à ne pas créer ce blog plus tôt. Étant donné du nombre impressionnant de blog culinaires -je suis le troupeau-, à chaque illumination d’un nom que je pensais original, quelqu’un d’autre avait eu l’idée avant moi.

J’ai finalement trouvé cette idée de « Contes en sucre » en relisant un des Contes de Perrault du bac de français. Je me suis dis que finalement, une recette n’est ni plus ni moins qu’une belle histoire, qu’on ne peux pas lire sur du papier, mais qui a toutes les caractéristiques du bon vieux bouquin épais et poussiéreux: sa se touche, sa se regarde, le suspens  -toudouuum, mais qu’est ce que c’est le parfum?- la poussière se retrouve dans les petites décorations gnangnan poudre d’or et en bonus exclusif même sa se mange! Je vais donc essayer d’intégrer à mes recettes des histoires qui vont feront rêver…

Voilà pour ce message d’arrivée, si vous avez des questions à me poser, si un coin d’ombre demeure sur quoi que ce soit, pas d’hésitation, je répondrais volontiers.

PS: Ne vous vexez pas, moi aussi j’en met de la poudre d’or sur les gâteaux, en plus sa va merveilleusement bien avec les contes hihihi!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s